• Facebook Social Icon

Octavia

Reinhard Keiser

 

(Hamburg 1705)

Reinhard Keiser fut sans aucun doute la personnalité la plus influente de l'opéra allemand : il règna en maître sur l'Oper am Gänsemarkt de Hambourg, le plus grand d'Europe à l'époque avec 2000 places. Parmi ses nombreux opéras, Octavia se distingue à la fois par son inspiration et par les innombrables emprunts que Händel, alors jeune musicien de l'opéra et rival de Keiser, effectua à cet ouvrage pour incorporer (avec un certain génie) à plusieurs de ses propres oeuvres. Plagieur impuni, Händel ? Il est vrai qu'une fois installé en Italie, il ne risquait guère d'être découvert ; depuis, son Trionfo del Tempo, son Agrippina, ses cantates sont passées à la postérité, et Keiser a définitivement été dépossédé de certaines de ses plus belles idées mélodiques ou coloristes. Remonter Octavia de Keiser, c'est donc rendre doublement justice à ce compositeur !

 

Octavia : (soprano)

Nero : (basse)

Ormoena : (soprano)

Fabius : (ténor)

Piso : (ténor)

Lepidus : (contre-ténor)

Tiridates : (contre-ténor)

Seneca : (basse)

Davus : (ténor)

Livia, Clelia : (soprano)

 

28 à 40 instruments :

12 violons, 4 altos, 4 violoncelles, 2 contrebasses, 2 clavecins, théorbe,

4 hautbois, 5 bassons, 2 flûtes traversières, 2 cors, 2 trompettes, timbales